germe de conscience

Bienvenue sur mon blog

Le principe d’échange et de réciprocité.

Classé dans : Non classé — 15 août, 2010 @ 7:24

histoiredeboisflott.jpg

La vie  se caractérise et se matérialise par l’échange, à travers une frontière non étanche, entre un milieu intérieur et un milieu extérieur. Toute forme de vie répond à ce principe d’échange équilibré et par analogie toute organisation humaine  qu’elle soit sociale, économique, politique devrait s’en inspirer pour être viable. L’autarcie complète, la captation, le repli  sur soi, la séparation  d’avec le tout aboutissent nécessairement à  l’empoisonnement, à la dégénérescence  et à  la mort.

Comme le pense le professeur Günter Blubel, prix Nobel  de physiologie et de médecine en 1999 « la science suppose que le principe de réciprocité est la clef de l’existence de tout le système de la nature. Le meilleur exemple est celui des cellules vivantes au sein d’un organisme. Elles s’unissent les unes aux autres dans une relation d’altruisme réciproque pour le bien de l’ensemble du corps. Chaque cellule, dans le corps reçoit ce dont elle a besoin pour sa propre subsistance et tout le reste de ces forces est dédié à l’ensemble du corps. »

Dans l’organisme de notre planète Terre, notre écosystème global,  l’être humain ne fait pas exception à cette règle. Il est intégré dans un monde symbiotique ou son pseudo libre arbitre ne l’autorise en vérité qu’à servir ou à périr par la séparation. Son autonomie hors du système organisé de vie est illusoire puisqu’il en fait partie intégrante. Vivant sur cette terre, il incarne le système. La rébellion, la lutte, le rejet de ce qui est,  est pathologique.  Ces oppositions, ce refus ou son impossibilité d’accéder à cette vision de la réalité  font de lui le cancer qui ronge actuellement notre monde.

C’est l’égo, cette création artificielle de notre mental,  qui nous convainc de notre séparation d’avec tout ce qui nous entoure. Par l’identification à un personnage fictif extérieur  au monde, une pure création imaginaire, il jette  un voile d’illusion sur la réalité de la source commune de toute vie que nous sommes en vérité.  L’égo ne peut survivre à l’instant présent qui est l’expression exacte de l’Etre. Créé très rapidement dans la petite enfance et entretenue par une éducation déviante,  l’égo s’efforce donc de faire tourner en boucle notre troisième cerveau, siège de notre mental, en une ronde incessante du passé qui n’est plus,  vers un futur qui n’est pas. Pour survivre, il enjambe constamment l’instant présent qui pour lui représente le gouffre destructeur. C’est l’ego qui est à l’origine des systèmes sociaux, économiques et politiques contemporains qui divisent et  séparent pour servir de pseudos profits personnels au lieu d’unifier et d’optimiser pour le bien commun et la paix de tous. L’instant présent, dans sa vérité essentielle, signe toujours et à jamais la fin de l’illusion et la disparition nécessaire de l’égo.

Dans la réalité de l’instant présent le service de la vie (et non des systèmes névrotiques artificiels de l’égo !) n’est pas une contrainte mais la plus belle adaptation lucide à ce qui se présente. La conscience qui anime l’humain illumine alors l’ombre égotique de l’intellect  qui disparait à la lumière. L’intellect se trouve libéré de son brouillard agité et fonctionne normalement. L’intelligence s’exprime alors dans toute sa splendeur délivrée du filtre de la séparation. Ainsi la vie peut à nouveau frémir en conscience dans l’extase directe de sa source. Les doutes, les hésitations, les agitations liés aux peurs perdent leur raison d’être et la vrai liberté apparaît : celle d’accepter et de vivre pleinement les circonstances présentes crées par et pour la radiance de l’Etre.

Erik Gruchet, Saint Pierre le dimanche 15 août 2010

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

citoyen |
Petite écologie d'un insect... |
SonyaT |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Savoir,Savoir Faire ,Savoir...
| Association solidarité
| mbradshaw