germe de conscience

Bienvenue sur mon blog

Archive pour le 20 septembre, 2010

Anatomie et conscience

Posté : 20 septembre, 2010 @ 7:34 dans Non classé | Pas de commentaires »

plantecorail.jpg

Le cerveau humain est triple.

A la base on a le cerveau reptilien constitué par le tronc cérébral et le cervelet. Il est chargé des fonctions réflexes et instinctives de survie telles que la respiration, la déglutition, la digestion, les battements du cœur, la régulation de la température et de celle des liquides internes. Ce cerveau reptilien est le coordinateur de notre corps physique. Il veille à son bon fonctionnement de façon quasi autonome et pour la plupart des individus de façon inconsciente.

Puis on a le système limbique ou cerveau des mammifères encore appelé cerveau émotif. Incéré au dessus du tronc cérébral il constitue la partie médiane de notre cerveau. Sa position intermédiaire en fait naturellement une interface active entre le troisième cerveau que nous verrons plus loin et le cerveau reptilien précédent. Ce système limbique est le siège de  notre mémoire affective qui détermine en grande parti nos comportements. C’est le coordinateur de notre corps émotionnel.

Enfin, au dessus de ces deux strates et formant une couche enveloppante on trouve le néocortex ou cortex cérébral. Il est encore appelé cerveau logique car il permet l’acquisition et le traitement de données en vue d’une planification des actions. Il est l’outil de contrôle  qui permet la pensée consciente. C’est le coordinateur de notre corps mental. De part sa position externe et englobante, il a pris une part prépondérante dans la vie sociale et culturelle de l’humanité contemporaine.

Ces trois cerveaux, comme ces trois corps (physique, émotionnel et mental) ont chacun un rythme, une énergie, une vibration qui leur sont propres et qui varient d’un individu à l’autre en fonction de sa génétique, de son histoire et de son travail spécifique sur l’un, l’autre ou l’ensemble de ses corps.

Si chacun de ces corps a des caractéristiques qui leurs sont propres ils n’en sont pas moins interdépendants. Comme le montre l’assemblage intime de nos trois cerveaux, ils cohabitent de façon symbiotique pour créer un ensemble cohérent qui est notre véhicule d’incarnation.  Le chercheur spirituel, G.I. Gurdjieff avait une façon très imagée de parler des ses trois strates qui nous constituent, il comparait de façon analogique le corps physique à la calèche, le corps émotionnel à l’attelage et le corps mental au cocher. L’analogie est très parlante quant au rôle déterminant au niveau énergétique du corps émotionnel (les chevaux de l’attelage) dans notre véhicule composite.  Chacun de ses trois corps (physique, émotionnel et mental) doit être entretenu en bon état de fonctionnement pour pouvoir parcourir sereinement la route. Nous sommes tous dans la nécessité d’équilibrer et de rendre performantes chacune de nos trois parties avec patience, amour, détermination et volonté. En effet ce véhicule composite (physique, émotionnel et mental) compose un tout interconnecté et de ce fait il nous est impossible d’évoluer plus vite que le plus lent de nos trois corps !

Le corps physique doit s’entretenir au quotidien par une nourriture saine, équilibrée, adaptée et des exercices de culture physique. Stabilité, confort, endurance, efficacité, harmonie et beauté sont les critères physiques qui signent un système performant. Pour l’alimentation de nouvelles avancées sont actuellement à l’étude et mises en pratique par des chercheurs d’avant-garde qui puisent directement à la source « pranique » de l’énergie sans passer par la consommation d’aliments physiques. Ces voies yoguiques millénaires qui présentent de nombreux avantages sur l’alimentation classique (assimilation directe et non production de déchets par le corps, respect de toute vie et de la planète, rendement énergétique optimal, économie de temps et d’argent, libération des conditions de vie…) deviennent maintenant accessibles au plus grand nombre en raison de l’élévation générale du niveau vibratoire de la planète et de l’humanité. A lire absolument sur ce sujet les travaux de l’australienne Jasmuheen et les récits d’expérience du français Henri Monfort.

Le corps émotionnel doit s’entretenir au quotidien en cultivant tous les sentiments liés à l’amour de soi et des autres. La maîtrise de ce corps est indispensable en raison de son rôle énergétique déterminant dans la puissance globale et la stabilité du véhicule composite. Les sentiments sont le carburant, le catalyseur de nos actions. Paix, sérénité, sourire intérieur, radiance sont les critères émotionnels caractéristiques d’une bonne santé émotionnelle. Ils doivent constituer l’arrière plan permanent, la toile de fond, le calme océan qui seuls assurent l’émergence de nos sentiments véritables et justes. Il est indispensable pour expérimenter, construire et maîtriser un corps émotionnel sain, de se réserver des périodes de solitude et d’introspection. Il faut savoir se protéger des influences extérieures désaxées que diffuse la presse, les médias, les films violents et manipulateurs, les jeux de compétition, les individus déstabilisés. Garder un temps pour soi pour bâtir sa base émotionnelle constitue l’ancrage du cœur. On ne peut s’aider, ni aider les autres si on est impliqué dans des tensions et des perturbations émotionnelles.

Le corps mental est hyperactif chez la grande majorité des humains au point qu’il s’invente une vie propre, indépendante et séparée des autres corps et du monde environnant. Pour le rééquilibrer il faut commencer par le nourrir au quotidien d’un choix conscient de pensées qui unifient afin de les substituer aux pensées qui divisent. Tous les concepts qui concernent le bien commun, la coopération, le partage, la découverte de nouveaux potentiels, l’ouverture d’esprit, l’imagination créatrice aident au rétablissement d’une fonction saine du corps mental. Ces concepts le rassure et l’apaisent par opposition aux concepts de chacun pour soi, de compétition, de lutte, de possessivité qui causent la peur et renforce son fonctionnement névrotique hyperactif. La performance du corps mental est elle directement proportionnelle à sa capacité d’observation et d’attention silencieuse. Son problème majeur étant la surchauffe en boucle de pensées récurrentes et répétitives, les soins de premiers secours concerne les techniques d’apaisement du mental en vue d’installer une vigilance sereine. Lorsque le silence se fait à travers une observation sans jugement, la pensée juste apparait au moment opportun et disparait quand elle n’a plus de raison d’être.

« Choisir des pensées de qualité, choisir des sentiments de qualité, choisir des nourritures de qualité, engendre une vie de qualité » Saint-Germain

Cependant aussi beaux et performants soient ils, nous ne sommes pas les corps, ils ne sont que notre moyen d’expression dans la matière. Pour reprendre et poursuivre dans l’analogie de G.I. Gurdjieff, nous sommes en vérité l’Etre spirituel, la conscience, le voyageur qui crée et utilise ce moyen de locomotion composite (calèche=corps physique, attelage=corps émotionnel, cocher=corps mental) pour parcourir le monde de la densité.

Nous ne sommes pas la créature mais nous sommes le créateur qui objective son incarnation.

Nous sommes dans ce monde mais nous ne sommes pas de ce monde.

Nous sommes la toute puissance de l’amour infini qui voyage dans l’ombre de ses trois corps.

Il n’est pas de divinité extérieur car nous vivons de et par la source. En dehors de l’illusion qui consiste à se prendre pour l’un, l’autre ou les trois corps constitutifs du véhicule et donc à oublier qui nous sommes en vérité, en dehors de cette illusion donc, ce que nous sommes est déjà parfait, immortel et tout puissant. Ce sont les limites que nous attribuons à nos trois corps et que nous entretenons au quotidien par habitude, par paresse, par manque d’ambition et par des croyances erronées, qui briment nos potentialités. Le rétablissement du contact direct entre le support d’incarnation (le véhicule des trois corps) et notre divinité intérieur (le voyageur) permet de ramener à la conscience le véritable but de notre voyage sur terre. La création d’un véhicule aussi beau et performant soit il, n’est pas du ressort du véhicule mais de celui qui le bâti et le choisi pour son parcourt. C’est en définitive à lui qu’il nous faut remettre les clés si nous souhaitons efficacement accomplir notre mission. La purification des trois corps ne vise en fait qu’à les hisser à un niveau vibratoire conscient plus élevé et d’avantage en rapport avec le niveau vibratoire du voyageur : notre immortelle énergie de vie. C’est la compatibilité vibratoire entre l’être et le véhicule qui permettra de dépasser toute limite et transmutera la chrysalide humaine en créateur incarné. L’unification de notre royaume intérieur sera alors accomplie et un monde nouveau aux beautés encore insoupçonnées en résultera.

Erik Gruchet, Saint Pierre le lundi 20 septembre 2010. 

 

citoyen |
Petite écologie d'un insect... |
SonyaT |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Savoir,Savoir Faire ,Savoir...
| Association solidarité
| mbradshaw