germe de conscience

Bienvenue sur mon blog

Archive pour le 22 avril, 2011

La vengeance des Sapiens ( Spéculation prospective)

Posté : 22 avril, 2011 @ 2:29 dans Non classé | 1 commentaire »

lelabyrinthe.jpg

Issuse de la  manipulation génétique de l’antique homo erectus par les Anunnakis, les  « anciens dieux » extraterrestres de nos mythologies,  la race humaine contemporaine a été conçue pour être une main d’œuvre habile, destinée à exploiter au profit de ses maîtres et créateurs, les ressources de la planète Terre. 

Ces «  anciens dieux » avaient eux-mêmes  des maîtres auxquels ils devaient payer leur tribut énergétique pour les aider à masquer leurs forfaits et agir ainsi impunément dans le multivers. Les maîtres de ces « anciens dieux » que nous nommerons les  Flyers, pour reprendre l’appellation donnée par le célèbre anthropologue et écrivain devenu « Nagual », Carlos Castaneda, ces  Flyers donc,  cooptèrent et supportèrent  leurs vassaux, les  Anunnakis  dans cette manipulation déviante de l’énergie de vie. Le pacte était que, dans cette forfaiture, les deux partis y trouvent leur compte. Les Anunnakis ancrés dans notre espace temps, jouiraient du travail physique et de l’exploitation des ressources matérielles tandis que les Flyers, issus du confin de notre dimension physique, cachés dans les trous noirs des galaxies, profiteraient eux de nos énergies psychiques et émotionnelles de façon occulte et parasite. Pour nous maintenir enfermés durablement dans l’enclos de leur garde mangé énergétique, les flyers imposèrent quelques verrous supplémentaires aux manipulations génétiques des Anunnakis, de façon à ralentir au maximum notre vitesse d’évolution de conscience. A cette fin, Les hélices d’ADN furent à la fois allongées et amputées en nombre. 

Il y a 12 000 ans environ se produisit la première étape de la libération. Les peuples humains génétiquement modifiés, les homos  Sapiens, animés du même esprit conquérant et dominant que ses créateurs,  avaient alors depuis belle lurette éliminés leurs ancêtres, les homos Erectus et leurs frères cadets, les homos Néandertalis (le regretté Abel de notre bible) de la surface de la Terre. Cependant, manipulée génétiquement ou en état de nature, la vie suit toujours son cours évolutif, parcourant  l’échelle ascendante du modèle absolu établi par la toute puissance de l’intelligence créatrice première. 

Aussi, après des siècles et des siècles d’esclavage physique, les Sapiens qui avaient progressivement eu accès à la connaissance, prirent conscience de leur condition soumise (ils virent qu’ils étaient nus) et fomentèrent, par la ruse, un complot visant à renverser les Anunnakis et à prendre le pouvoir. Ils furent aidés en cela par des dissidents Anunnakis, qui par amour et passion pour nos belles formes physiques, favorisèrent la rébellion et la diffusion des moyens technologiques du pouvoir (l’arche d’alliance en est une relique). La guerre fit rage avec une telle violence, que la planète vit ses champs magnétiques dénaturés par l’excès des ces technologies énergétiques et finit par avoir le dernier mot en un cataclysme global. Elle se retourna sur elle-même et inversa son mouvement de rotation. Un tsunami de plusieurs kilomètres de haut, dû au déplacement des masses océaniques sur l’ensemble des terres, mit fin au combat titanesque des forces en présence. Il n’y eu que de très rares survivants parmi les Sapiens et,  les faux « dieux » Anunnakis rescapés, ayant perdu toute leur main d’œuvre, se résolurent à quitter les lieux à la recherche d’autres mondes plus dociles. 

Repartis de presque rien, les Sapiens repeuplèrent pendant des millénaires la terre, mêlant le sang de ses chefs  aux rares Anunnakis dissidents qui avaient favorisé leur émancipation. Ces élites des sangs bleus mêlés, oublieuses jusqu’à il y a peu de leur histoire et du pacte passé, par de très lointains ancêtres, avec les Flyers, ces élites donc,  ont encore aujourd’hui le contrôle du pouvoir temporel économique, politique et militaire sur la planète Terre. 

Mais voilà qu’inexorablement le mouvement évolutif naturel de la conscience se poursuivit jusqu’à notre ère contemporaine qui  intensifia la communication, la diffusion de la connaissance et le développement des sensibilités. Alors peu à peu, les Sapiens mêlés d’Anunnakis commencèrent à se rendre compte de la grande déperdition énergétique dont ils étaient victimes et qui touchait apparemment toutes les formes de vie organisées sur la Terre. Les plus brillants d’entre eux réussirent à soulever le voile de l’oubli et aperçurent la cause de ce mystère. Ils eurent la vision directe des prélèvements vampiriques des Flyers qui étaient revenus en nombre dés que le vivier avait été suffisamment reconstitué. Avec la mémoire retrouvée, les anciennes connaissances technologiques revinrent aux Sapiens désormais intimement mêlés d’Anunnakis. Les élites prirent alors le parti, dans un premier temps, de détourner les flyers vers la masse des sapiens inconscients,  faciles à traire de leur énergies émotionnelles et psychique. Leur but était de reprendre des forces pour développer une  vitesse suffisante permettant l’esquive de leurs attaques. C’était sans compter sans la nature insatiable des Flyers qui vivent depuis des millions de nos années dans une totale impunité et dont l’existence ne peut désormais plus être que parasite. Les attaques se poursuivirent donc et les Sapiens comme leurs élites de sang mêlé continuaient à survivre péniblement, en constante déperdition énergétique et finalement à mourir prématurément. 

Il devint finalement évident pour l’infime part consciente de l’élite qui cultivait le secret,  que la partie ne pourrait être gagnée que de deux façons possibles : soit par l’union de toutes les consciences de la planète dans la lutte contre ce parasitisme soit par la ruse en tendant un piège mortel aux Flyers.  Dans un système unitaire de vie, on ne peut sauvegarder le cerveau  (l’élite de sang mêlé) si les cellules des muscles, du foie ou du sang  (la masse active des Sapiens) sont parasitées ! S’ajoutait à cette évidence une connaissance précise des cycles du temps qui avait été sauvegardée par les peuples rescapés d’Amérique du Sud. La fin de l’ensemble des Septièmes Nuits des neufs cycles temporels superposés était proche et la remise à zéro des compteurs établirait comme base de départ pour les nouveaux temps,  les caractéristiques du point final du cycle précédent. L’urgence était grande d’agir si l’on ne voulait pas connaître encore quelques millions d’années terrestre de souffrance, de diminution et d’impuissance. 

Que faire pour réveiller en un temps finalement très court, toutes les forces pensantes et sensibles d’un monde qu’on s’était évertué à maintenir dans l’inconscience, la soumission, la peur et le divertissement sclérosant pendant des milliers d’années ? Mission impossible sauf à provoquer un électrochoc qui détruirait les plus faibles et galvaniserait les autres. C’est alors que fut fomenté un projet machiavélique qui allierait les deux solutions envisagées plus haut : 

D’une part, la déstructuration des champs magnétiques terrestres au moyen de production de méga champs électriques artificiels ! Les évènements planétaires cataclysmiques qui s’en suivraient ne manqueraient pas de créer une panique générale et génèreraient suffisamment de peur, appât délicieux pour attirer en grand nombre les Flyers. Or il se trouve que ces derniers, comme spécifié plus avant,  vivent dans un univers aux confins de notre monde physique. Ils se partagent en quelque sorte entre notre dimension physique dont ils continuent à se nourrir de façon parasite des émanations les plus raffinées (émotions liées aux pensées) et la dimension immédiatement supérieure qui leur assure une quasi immortalité en comparaison de ce que nous pouvons expérimenter aujourd’hui. Une fois attirés par l’abondance des émotions il ne restait plus alors, dans la deuxième phase du plan, qu’à les empoisonner par la technique de désintégration atomique qui agit sur les plans les plus subtils et cela de façon inter dimensionnelle. Autant, pour des Sapiens, robustement constitués et ancrés dans la matière, la radioactivité peut être mortelle soit par un excès brusque (bombe atomique) soit à la longue par une succession et une accumulation de bombardements lumineux radiants, autant pour des êtres plus éthérés comme les Flyers, l’émission des longueurs d’ondes instables des radiations nucléaires est mortellement déstabilisatrice pour l’enveloppe qui assure leur cohérence interdimentionelle.   

La combinaison des sentiments de stupéfaction et de peur planétaire associée à l’émission simultanée de radiation à base de plutonium radioactif fut alors retenue comme moyen d’action efficace pour la libération définitive et l’émancipation de Sapiens. Le risque est grand que l’expérience ne tourne actuellement au désastre pour tous mais l’idée qui prévalut parmi les décideurs fut finalement que la liberté énergétique de conscience éventuellement retrouvée valait davantage que le joug parasite renouvelé pour des millions d’année à partir de la fin du cycle, le 28 octobre 2011. 

« Tout ce que nous n’aurons pas ramené à la conscience se manifestera  dans notre vie comme le destin ou la fatalité… » Carl Gustav Jung 

Erik Gruchet, Saint Pierre le vendredi 22 avril 2011. 

 

citoyen |
Petite écologie d'un insect... |
SonyaT |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Savoir,Savoir Faire ,Savoir...
| Association solidarité
| mbradshaw